Recevez Notre Newsletter | Devenir membre

Abonnement newsletter

 

Abonnez-vous gratuitement dès aujourd'hui et recevez
par e-mail en avant-première les dernières nouvelles sur la vie du réseau.

Ou
Utilisez cette partie si vous voulez vous désinscrire de la newsletter.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné ou votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.

Mot de passe oublié?

imgBanner1.png

Interview Thomas XU

 

Le 07 juillet 2014, les lauréats de la première édition du Prix de l’Entrepreneuriat Club France, le réseau des diplômés chinois de France, ont été désignés au cours d’une cérémonie à l’Institut Français de Pékin. Cette première édition a récompensé Messieurs Gu Zhifeng et Thomas Xu et leur projet franco-chinois de développement d’un produit de décontamination nucléaire.

Les lauréats se sont vus remettre un prix de 50 000 RMB, accompagné d’un certain nombre d’offres gratuites par les partenaires de Club France (conseil en communication et en relations publiques, nuitées, transport,…).

Gu Zhifeng, de nationalité chinoise, diplômé de l’université du sud-est  à Nankin en Chine, puis de l’école des Mines de Paris, a auparavant travaillé au sein de plusieurs sociétés françaises, avant de rejoindre l’agence Nucléaire de Bureau Véritas où il a été chargé des inspections et des évaluations réglementaires de conformité des fournisseurs chinois dans cette filière.

Thomas Xu, de nationalité française, possède un double diplôme dans l’aéronautique et le spatial, au sein de l’Institut Polytechnique des Sciences Avancées (IPSA) et de Cranfield University (Angleterre), puis a suivi une formation dans le nucléaire au sein de l’Institut National des Sciences et Techniques du Nucléaire (INSTN), rattaché au CEA. Après un VIE à Pékin au sein du Groupe Intersyndical de l’Industrie Nucléaire (GIIN), il a fondé en 2011 la société Asie Energie Ltd qui accompagne sur le marché chinois les PME françaises spécialisées dans le nucléaire et l’aéronautique.

A la veille du lancement de la seconde édition du prix de l’Entrepreneuriat Club France, l’équipe de Campus France Shanghai, en charge de l’animation du Club France à Shanghai, a eu le plaisir de rencontrer Thomas Xu pour faire un point sur leur projet.

Campus France : Bonjour Thomas. Pourriez-vous nous présenter votre projet et nous expliquer son élaboration ?

Thomas Xu : Le projet que nous avons présenté avec Gu Zhifeng lors de la première édition du Prix de l’Entrepreneuriat Club France répond à un réel besoin des centrales nucléaires chinoises dans le cadre de leurs opérations de maintenances en termes de décontamination.

Gu Zhifeng et moi-même avons des expériences différentes et complémentaires dans le domaine du nucléaire, que nous avons décidé de mettre en commun dans le cadre de ce projet. Gu Zhifeng a développé un important réseau parmi les acteurs du nucléaire chinois et possède une vraie connaissance du marché dans cette filière très contrôlée. Quant à moi, j’ai pu grâce à la société Asie Energie que j’ai fondée en 2011, travailler  pour le compte de plusieurs PME françaises dans la filière nucléaire ce qui me permettait de proposer aux clients chinois différents produits.

Nous avons ainsi décidé de travailler en partenariat avec une société française spécialisée dans la fabrication de produit de décontamination pour l’industrie  nucléaire. Le produit que nous proposons s’utilise sous la forme d’une mousse qui décontamine en surface sans attaquer le matériau. L’avantage d’une mousse sur du liquide est qu’elle permet un traitement tout aussi efficace des surfaces contaminées tout en permettant un gain de temps, une diminution de la quantité d’effluents liquides produits, donc une économie des quantités utilisées.

Ce produit est actuellement inexistant en Chine, puisqu’il n’y a aujourd’hui sur le marché que des décontaminants liquides qui sont importés. Nous souhaitons donc Gu Zhifeng et moi-même proposer ce produit à la filière nucléaire civile chinoise.

CF : Comptez-vous importer ce décontaminant en Chine ?

TX : Pour le moment, nous avons pu aider notre partenaire français à vendre directement en Chine notamment sur la fameuse centrale nucléaire de DayaBay dans la région du Guangdong.

Notre projet inclut par la suite la création d’une usine afin de fabriquer localement ce produit innovant. Asie Energie pourra ainsi livrer dans un temps très court et travailler en flux-tendus. Il y a donc un gain de temps conséquent pour nos clients qui souhaitent éviter la constitution de stocks conséquents de produits de décontamination.

CF : A quelle étape de sa réalisation en est aujourd’hui le projet ?

TX : Aujourd’hui, le projet est bien avancé puisque nous avons déjà trouvé les fournisseurs et équipementiers de notre usine qui devrait pouvoir être créée après le nouvel an chinois, en banlieue de Shanghai. Nous démarchons également toutes les centrales nucléaires chinoises pour leur présenter ce produit. Le nucléaire est un marché sensible et stratégique, et de fait bien encadré. Par ailleurs, le montage d’une usine chimique n’est pas sans difficultés sur le plan administratif, le secteur chimique étant également très réglementé en Chine. Malgré ces difficultés, nous sommes confiants de l’avenir de notre projet au vu de la plus-value qu’apporte notre produit.

L’avantage pour les centrales nucléaires chinoises est double : d’une part elles peuvent accéder à un produit de décontamination à moindre coût et d’autre part réduire le temps d’exposition aux radiations des ouvriers lors des opérations de décontamination dans le bâtiment réacteur.

Avec le soutien de notre partenaire français,  nous espérons pouvoir devenir une société de référence en Chine en matière de décontamination pour l’industrie nucléaire. Nous espérons que notre projet devienne aussi une réussite en terme de coopération entre la France et la Chine.

CF : Justement, quelles sont les perspectives ?

TX : La décontamination nucléaire est un marché de niche mais un marché rentable à long terme, dans un secteur qui va considérablement s’agrandir. Il y a aujourd’hui une vingtaine de centrales nucléaires en service en Chine et plus d’une vingtaine d’autres en cours de construction. L’immense besoin énergétique du pays rend difficile pour la Chine de concilier croissance et environnement et le nucléaire apparaît dans la donne énergétique comme une source non négligeable de production énergétique non émettrice de gaz à effet de serre.

CF : Qu’est-ce que le prix de l’Entrepreneuriat Club France vous a apporté ?

TX : Hormis le prix de 50 000 RMB, et les nombreuses offres gratuites des partenaires de Club France, ce prix nous a permis de bénéficier d’une bonne couverture médiatique et d’une reconnaissance auprès des acteurs français en Chine.


Propos recueillis par Wang Qin, Isabelle Terpreau et Siegfried FAU.